Disktra Wiki

Many stuff I need or not

Outils pour utilisateurs

Outils du site


installer_quake_sous_linux

Installer Quake sous Linux

Quake

Quake est un jeu vidéo de type FPS sorti en 1996 sur PC et est développé par le studio id Software. Il fut une véritable révolution autant au niveau gameplay que technique.

En effet, le moteur de Quake est l'un des tout premiers moteurs 3D temps réel. Il a permit entre autre de jouer dans un environnement entièrement en 3D, ce qui implique la possibilité de sauter et des niveaux plus verticaux et plus denses. Il était également possible de jouer en ligne grâce au protocole TCP-IP de manière fluide.

Ce moteur à été principalement programmé par l'illustre John Carmack à qui l'on doit Wolfenstein 3D et la série Doom. Étant un grand défenseur de l'OpenSource, il publia le moteur de Quake (baptisé IdTech 2) sous GNU General Public License. Là où ça devient intéressant, c'est que ce même moteur est à l'origine de BEAUCOUP d'autres moteur 3D dont voici l'arbre généalogique. On constate que le moteur Source (celui d'Half-Life) en est issu.

GDP (game-data-packager)

Sous Linux, il est possible d'installer de nombreux jeux sans même que ceux-ci n'ai été distribués officiellement. Cela est dû en grande partie au fait que Windows est l'OS majeur. Ces jeux peuvent êtres divisés en 2 parties: le moteur et les assets.

Le moteur est le cœur du jeu, ce qui le fait fonctionner. Un moteur est conçu de telle sorte qu'il puisse gérer les entrées/sorties, le son, les graphismes, le réseau… Et certains de ces moteurs sont disponibles sous licences libres et/ou open-source, ce qui à simplifié leur portages sur des plateformes différentes. C'est le cas par exemple du moteur de Doom ainsi que celui de Quake.

Les assets sont tout les fichiers utilisé par le moteur pour donner “vie” au jeu: les sprites, modèles 3D, effets sonores… En général ceux-ci sont sous licences propriétaire, c-à-d qu'il faut acheter le jeu pour les obtenir.

Sachez cependant que seul le code source du moteur peut être rendu disponible publiquement. Cela signifie que, selon les termes de la licence qui lui est associée, n'importe qui peut le copier, le modifier et l'utiliser à des fins commerciales ou non. Les assets resteront sous licences propriétaire (sauf quelques très rares cas). Pour résoudre ce problème, il faut soit utiliser une version de démo, soit acheter le jeu (auquel cas c'est tout simplement illégal).

C'est là que game-data-packager entre en jeu. Ce paquet permet de générer un exécutable à partir du code source d'un jeu ainsi que de ses données. Sont utilisation ne se fait qu'en ligne de commande, mais elle reste assez simple.

Jeux disponibles

GDP n'est pas exclusif à Quake, bien au contraire. Beaucoup d'autres jeux peuvent être installés avec ce paquet, dont voici une liste non-exhaustive:

  • Quake et ses extensions
  • Quake 2 et ses extensions
  • Quake 3 Arena
  • Doom et Ultimate Doom
  • Doom 2
  • Final Doom
  • Wolfenstein 3D
  • Unreal

Je vous l'accorde, je n'ai cité que des FPS. Vous trouverez une liste plus complète ici.


Préparation des fichiers

Dans ce tutoriel, nous admettrons que vous disposez d'une version digitale du jeu (achetée sur GOG ou Steam donc). Dans ce cas, il vous faut récupérer les fichiers PAK0 et PAK1 situés dans le dossier Id1 de votre installations.

Ces fichiers contiennent toutes les données du jeu comme les maps, les modèles, les sons… Le premier, pak0, est livré systématiquement est permet de jouer au premier épisode “Dimension of the Doomed”. Notez que vous n'êtes pas obligé d'acheter le jeu pour ce tuto, une verion d'évaluation fera parfaitement l'affaire.

Pour faire plus simple, copiez-collez votre dossier Id1 directement dans un nouveau dossier quake que vous aurez créé dans votre dossier personnel sous Linux. Supprimez alors tout son son contenu en ne gardant que les fichiers pak, le reste ne nous intéresse pas.

Téléchargement du moteur et de GDP

La seconde étape consiste à récupérer un moteur compatible avec votre OS. Il en existent plusieurs aussi bien sur Linux que sur Windows comme par exemple DarkPlaces ou QuakeSpasm. Personnellement j'ai opté pour le second, il était le premier à ressortir des résultats de recherche.

Comme je l'ai dit plus haut, seul le moteur est publié sous licence Open-Source. C'est la raison pour laquelle il est possible de jouer à Quake et ses suites sur beaucoup de supports. Une simple recherche “Quake” dans votre gestionnaire de paquets favori vous permettra de trouver le moteur.

Il ne reste plus qu'a télécharger le paquet game-data-packager. Pour rappel, son utilisation ne se fait qu'en ligne de commande.

Création de l'exécutable

Nous voilà enfin à la partie amusante (si je puis me le permettre). En effet, GDP va créer un fichier exécutable des binaires du jeu via les fichiers pak précédemment récupérés. Pour ce faire, ouvrez un terminal et entrez la commande suivante:

sudo game-data-packager -i quake -d /home/votre_nom_utilisateur/quake

GDP va alors chercher les fichiers pak que vous aurez réunis. Il en résultera ce fichier:

Double-cliquez dessus pour lancer son installation. Si on vous demande avec quelle application ouvrir ce fichier, choisissez votre Logithèque ou votre gestionnaire de paquets habituel.

Il ne vous reste plus qu'à lancer le jeu et vous créer une nouvelle partie !

Options supplémentaires

Maintenant que vous pouvez jouer à votre jeu favoris sur votre OS, il serait intéressant de pouvoir bidouiller l'aspect graphique du jeu. En effet, le moteur de rendu utilise OpenGL et est configuré de base pour lisser les textures.

Cette partie n'est pas obligatoire mais peut être intéressante pour celles et ceux qui préfèrent les bons vieux pixel, comme moi ^^.

Pour cela, rien de plus simple. Lorsque le jeu est lancé, appuyez sur le bouton '²' (si vous avez un clavier AZERTY) pour ouvrir la console. Entrez alors les commandes suivantes:

Pour modifier les textures: gl_texturemode GL_NEAREST_MIPMAP_LINEAR

Pour modifier les particules: r_particles 2

installer_quake_sous_linux.txt · Dernière modification: 2018/10/07 00:50 (modification externe)